Les étapes pour poser le carrelage de ma cuisine sur ma chape

pose carrelage - revêtement de sol

Les étapes pour poser le carrelage de ma cuisine sur ma chape

Réussir une pose de carrelage à l’intérieur de votre maison n’est pas du tout une tâche facile. En effet, il faut que votre support soit à niveau et lisse. Quand il s’agit d’une nouvelle construction, l’artisan vous livre un sol prêt à recevoir votre revêtement. Par contre, dans le cadre d’une rénovation d’intérieur, la préparation du sol exige une attention particulière. Dans ce guide, découvrez toutes les étapes à suivre pour bien poser le carrelage de votre cuisine sur une chape !

Étape 1 : l’évaluation de l’état du sol

Sur un sol ancien, notamment sur une surface dure déjà existante (béton, ciment, dalles rigides, etc.), il est quasiment impossible de le revêtir sans procéder préalablement à une mise à niveau du sol. En effet, une surface bosselée ou creusée doit être ragréée avant de recevoir votre nouveau revêtement.

Il est même envisageable de faire couler une chape maigre sur votre support s’il est dans un état critique. Votre choix va dépendre de l’épaisseur que vous devrez ajouter pour obtenir une surface lisse et plane. Généralement, s’il est inférieur à 10 mm, vous devrez procéder à un ragréage.

Étape 2 : le ragréage

Pour information, il s’agit d’un mélange de poudre de ciment et d’eau à renverser sur le sol. Appelé également lissage de sol, le ragréage a une propriété auto lissante qui lui permet facilement de se répandre sur votre support. Cependant, n’hésitez pas à utiliser une taloche pour égaliser les niveaux !

Pour réussir un ragréage, vous devrez procéder à un nettoyage minutieux de votre support pour éliminer tous les éléments qui peuvent provoquer une mauvaise adhérence : écailles de peinture, résidus de colle, particules de bois, graisse, etc.

Il faut également que la porosité de votre support soit absorbante. Ainsi, vous éviterez la déshydratation rapide des mortiers. Pour vérifier ce point, il est conseillé de mouiller légèrement votre support avec un liquide. Si la goutte d’eau est absorbée en une minute, cela veut dire que votre support est poreux. Par contre, si l’absorption se fait pendant plus de 10 minutes, votre support est donc fermé. Dans tous les cas, il n’y a rien de plus efficace que de recouvrir le sol d’un primaire adapté avec l’aide d’un rouleau ou d’un balai. Renseignez-vous bien sur le temps de séchage auprès du fabricant ou bien d’un professionnel spécialisé dans la pose de chape.

Étape 3 : La pose de carrelage proprement dit

À ce stade, vous avez un sol de cuisine entièrement propre et prêt à recevoir un revêtement. Donc, l’étape suivante consiste à encoller le carrelage de façon uniforme. Si vous souhaitez éviter la formation des poches d’air entre la dalle et le support, il est recommandé d’utiliser la méthode « double encollage ». C’est-à-dire qu’il faut également appliquer de la colle sur l’envers des carreaux.

Ensuite, il faut poser les carreaux avec l’aide de croisillons pour conserver un écartement entre les carreaux uniforme afin d’y apposer les futurs joins. Une fois que vous avez terminé cette étape, il est temps de passer à l’application du mortier de jointoiement. Cependant, nous vous conseillons de respecter le temps de séchage de la colle à carrelage en comptant une nuit de séchage. Cette information peut vous être donné sur le produit en lui même ou bien demandez conseil à un vendeur spécialisé ou un professionnel de la rénovation d’intérieur. Enfin, il ne vous reste plus qu’à nettoyer les excès de mortier-joint à l’extérieur des carreaux lorsque celui-ci est posé à l’aide d’un platoir à jointer pour une finition impeccable.

Comments

  • Les types de cloisons intérieures | Déc 4,2018

    […] Le béton cellulaire offre une bonne isolation thermique et phonique. Il est hydrofuge, inflammable, léger et résistant. Voir aussi : travaux rénovation […]

  • Leave a Reply

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *