Home

Que faut-il savoir avant de déneiger le toit ?

2020-09-23 Commentaires fermés sur Que faut-il savoir avant de déneiger le toit ? By Michel Duprès

L’hiver Québecois est bien connu pour ses importantes chutes de neige. Les travaux de déneigement sont donc indispensables chaque année. Ci-après les informations dont vous avez besoin concernant le déneigement du toit.

Le moment idéal pour déneiger le toit

Sachez qu’il n’y a pas de moment précis pour effectuer un déneigement. Cela dépend uniquement de la densité et du poids de la neige sur le toit, ainsi que de la solidité de la maison. Néanmoins, un déneigement une fois pendant la période hivernale est indispensable.

Vous pouvez déneiger le toit dès que la neige atteint une hauteur de six pouces, tout comme vous pouvez attendre une accumulation d’un pied. Souvenez-vous seulement que la neige mouillée est plus lourde et risque de causer davantage de problèmes au niveau de la structure du toit et de la maison.

Apprenez à identifier les signes d’une toiture surchargée par la neige : portes coincées, plafond déformé, craquements inhabituels, etc. Dès que l’un de ces signes apparaît, ne perdez pas de temps et déneigez votre toit. Si vous attendez la fin de l’hiver, les problèmes vont s’aggraver.

L’importance du déneigement

Procéder à un déneigement, c’est prévenir la surcharge du toit. En effet, une importante masse au-dessus de la toiture peut l’endommager et conduire à des problèmes d’étanchéité. Des fissures sur les murs porteurs peuvent également apparaître à la suite d’une forte accumulation de neige. L’alternance de la neige, du gel et de la pluie est catastrophique pour la couverture du toit. D’où l’intérêt de l’entretenir correctement.

Le déneigement présente aussi un aspect sécuritaire. Les amas de neige sur une toiture en pente peuvent se détacher à tout moment, surtout lorsque la couverture est glissante. Ils peuvent obstruer l’entrée ou tomber sur quelqu’un à tout moment.

Vérifiez régulièrement l’accumulation de neige sur le toit, surtout si votre maison est mal isolée. À cause d’une mauvaise isolation, la chaleur interne sort du toit pour faire fondre la neige. Le froid extérieur la glace à nouveau et la gèle progressivement sur le rebord de la toiture, créant ainsi une barrière de glace. Celle-ci empêche l’eau de circuler correctement dans les gouttières.

La méthode à utiliser

Réaliser le déneigement soi-même est tout à fait possible, à condition d’avoir l’équipement nécessaire et de connaître tous les paramètres. Cette opération peut être plus au moins simple suivant la quantité de neige à enlever, la disposition du toit et la météo. L’utilisation d’un râteau est très pratique sur une maison basse, car il permet de réaliser l’opération tout en ayant les deux pieds sur terre. L’équipement devra se munir d’une manche assez longue pour atteindre aisément la toiture.

Si vous devez monter sur le toit pour le déneiger, travaillez avec une pelle. Celle-ci devra être légère, résistante, mais pas très large, afin d’éviter de soulever une charge trop lourde. Une pelle à manche longue ménagera le dos lors de l’opération. Pour une intervention rapide et facile, optez plutôt pour un pousse-neige.

Les précautions à prendre

Que le déneigement se fasse depuis le sol ou sur le toit, il existe différentes précautions à prendre pour garantir le succès de l’opération.

Sur le sol, sur une échelle ou sur un équipement élévateur, veillez à vous tenir hors de portée des chutes des amas de neige.

Sur le toit, équipez-vous d’un harnais bien ancré sur un point stable afin d’éviter les risques de glissade. Portez également des chaussures adaptées à un terrain enneigé.

Compte tenu de l’effort fourni, des problèmes de santé (malaise, crampes, stress, courbatures…) peuvent apparaître, sans compter les risques de gelure.

Déneiger du haut vers le bas est une évidence, surtout sur un toit lisse où le détachement soudain d’une grosse masse de neige est très fréquent.

Vérifier les câbles et les équipements électriques à proximité ou sur le toit.

Pour éviter d’endommager les bardeaux, laissez une petite marge de quelques centimètres.

Si vous rencontrez un quelconque problème lors des travaux, n’hésitez pas à contacter TOITURES DUBOIS. Située à McMasterville, cette entreprise intervient sur la Rive-Sud.

, ,

Quels sont les critères pour bien choisir son plancher ?

2020-09-22 Commentaires fermés sur Quels sont les critères pour bien choisir son plancher ? By Michel Duprès

Choisir un revêtement pour son plancher est une décision importante. Sur cet élément reposent l’esthétique et le confort de l’habitation. Il est donc important de prendre en compte plusieurs critères avant de choisir son plancher. Quels sont-il ? Où trouver un professionnel ? Voici un tour d’horizon des éléments à considérer pour bien choisir son revêtement de sol.

1- Le revêtement

Il existe différents types de revêtements de sol. Leur choix doit dépendre des configurations du bâtiment et des travaux entrepris.

– Le plancher en bois massif

Il est apprécié pour son impressionnante durée de vie (plusieurs années avec un bon entretien), ses propriétés isolantes (thermique et acoustique), ses possibilités de finitions (huilées, vitrifiées, cirées…) et sa polyvalence (pose dans le salon, le couloir, la chambre à coucher, etc.).

– Le plancher en bois franc

Ce type de plancher possède de nombreux atouts, tant sur le plan esthétique que pratique. En effet, il se décline en plusieurs couleurs et s’adapte à tous les styles (traditionnels et modernes). Il donne également du cachet à l’habitation et augmente sa valeur sur le marché. Par ailleurs, le plancher en bois franc apporte un grand confort à la pièce qu’il habille. Étant un matériau renouvelable, il est très écologique et réduit les risques d’allergie.

– Le plancher en bois d’ingénierie

Le plancher en bois d’ingénierie offre de nombreux avantages. Il résiste à l’humidité et peut être posé sous forme de plancher flottant.

– Le parquet stratifié

Le parquet stratifié imite parfaitement le sol en bois et le carrelage. Esthétique, il se décline en plusieurs styles, motifs et finitions (lisses ou en relief).

– Le sol en liège

Le liège est un matériau apprécié pour ses performances en termes d’isolation thermique. Il permet de réguler efficacement la température d’une habitation.

Finis les bruits de pas et de choc sur le plancher. Le sol en liège absorbe également les sons et réduit la transmission des bruits.

Le parquet en liège est aussi recommandé pour ses caractéristiques esthétiques. En effet, il apporte une touche d’élégance à l’intérieur qu’il revêt.

Les qualités du sol en liège ne se limitent pas à ses atouts esthétiques. Ce type de parquet est solide et ne se déforme pas avec le temps. Il est facile à poser et dure de nombreuses années. D’ailleurs, il peut être installé dans différentes pièces : salle à manger, salon, chambre à coucher, couloir, cuisine, etc.

– Le sol en bambou

Le sol en bambou résiste aussi bien au choc qu’à l’humidité. Il peut donc être posé dans une cuisine ou une salle de bains.

– Le parquet en linoléum

Le parquet en linoléum est un sol souple. Il résiste aux salissures, aux chocs, à l’usure et au temps. Il dure entre 20 et 30 ans.

– Le sol en composite (métal/bois)

Le sol en composite est imputrescible et étanche. Il allie les avantages du métal et du bois : résistance (aux termites, aux chocs et aux taches), esthétique, durabilité (garantie 30 ans par les fabricants), facilité d’entretien (nettoyage avec une serpillière et de l’eau savonneuse).

2- La facilité de pose

Il est important de prendre en compte la facilité de pose pour simplifier le travail et limiter le coût de la main d’œuvre. Pour des endroits difficiles d’accès tels que les condos ou le sous-sol, le plancher en bois d’ingénierie est le revêtement adéquat.

3- L’entretien

Un revêtement qui nécessite un minimum d’entretien est un revêtement durable. Choisissez donc un matériau qui ne retient pas la poussière et qui ne craint pas les taches et les chocs.

4- Le prix

Il est nécessaire de connaître le prix du plancher à l’avance pour préparer le budget et éviter les mauvaises surprises.

Pour vous aider à choisir votre type de plancher, sollicitez les services d’une entreprise de confiance. La société Planchers Clarence Hallée est située à Sherbrooke. Elle est spécialisée dans l’installation, le sablage et la finition de plancher.

, , , ,

Comment rénover sa maison à moindre coût ?

2020-09-14 Commentaires fermés sur Comment rénover sa maison à moindre coût ? By Michel Duprès

Votre maison a besoin d’être remis en état ou vous souhaitez y apporter quelques modifications ? Nous vous expliquons ci-dessous comment faire pour rénover votre maison à moindre coût.

1 – Changer la décoration

La manière la plus économique de modifier l’aspect d’une maison, c’est de seulement changer de décoration. Vous n’aurez pas à installer de nouveaux revêtements de sol, modifier l’aménagement de la maison, etc. Par exemple, pour apporter un look contemporain à votre maison, appliquez des peintures, posez de nouveaux papiers peints, remplacez les anciens meubles par des nouveaux. En plus, vous passerez moins de temps à rénover.

2 – Garder le plus d’éléments possibles

Pour la conception de nouveau plan, limitez les changements de configuration des pièces. Effectivement, abattre et construire des murs peuvent coûter cher.
En outre, gardez le plus d’éléments possibles. Par exemple si votre carrelage n’a plus son aspect d’origine, appliquez dessus de la résine, gardez les escaliers et changez uniquement les marches, etc.
Par ailleurs, si vous envisagez de rénover complètement, sélectionner les éléments qui pourront encore être utilisés, cela peut être du carrelage, des planches de bois, etc. Vous pouvez vous en resservir dans d’autres parties de la maison. Vendez ceux que vous n’allez pas réutiliser.

3 – Comparer les prix des matériaux

L’achat de matériaux constitue une grande partie du budget de rénovation. Il faut donc réduire son coût le plus possible. Rendez-vous dans plusieurs magasins de bricolage pour comparer les prix des revêtements, des peintures, des menuiseries, etc. Consultez aussi les magazines et les sites web de magasin de bricolage pour vous informer sur les promotions et les soldes. Dès que vous trouvez des matériaux à bon prix, vous pouvez en acheter et stocker dans votre garage. Commencez les travaux une fois que vous avez réuni tous les matériaux.
Par ailleurs, sachez qu’il y a aussi des entreprises qui vendent des matériaux de récupération. Vous y trouverez du carrelage, des tuiles, des sanitaires, des portes, des fenêtres… Ils sont proposés à des prix avantageux.

4 – Faire une partie des travaux soi-même

Pour économiser de l’argent, faites les travaux vous-même, au moins une partie. Si vous connaissez un membre de votre famille ou un ami qui travaille dans le domaine du bâtiment, n’hésitez pas à lui demander conseils. Vous pouvez aussi suivez des tutoriels sur internet. Vous pouvez par exemple prendre en main la peinture, la pose des revêtements muraux et de sol, l’aménagement paysager.
Ainsi, vous n’aurez plus qu’à acheter des matériaux. Vous pouvez par exemple acheter du sable, des graviers, des gravillons et des granulats chez TRANSPORTS CRAPART à La Ferté-Gaucher. Cette entreprise propose la vente en détail et en gros. De plus, elle peut livrer dans un large rayon autour de son siège.
Toutefois, pour les travaux qui touchent les domaines à risques comme l’électricité, la plomberie ou la toiture, faites appel à des professionnels. Les erreurs peuvent vous coûter cher pour ces travaux.

5 – Rencontrer plusieurs entrepreneurs et comparer les devis

Vous souhaitez confier des travaux à des prestataires ? Divisez les travaux en plusieurs lots. Par exemple un lot pour les travaux de toiture, un pour la rénovation des revêtements, un autre pour la menuiserie, etc. Ensuite, faites appel à plusieurs entreprises, au moins 3. Rencontrez-les pour discuter des travaux à réaliser, ils vous soumettront ensuite des devis pour chaque lot. Après cela, comparez les devis et les services. Puis, vous allez choisir quelle entreprise vous allez attribuer les travaux de toiture, de menuiserie, etc. Il se peut que vous fassiez plus d’économie en confiant les travaux à plusieurs entreprises qu’à une seule.

, ,

Quels matériaux choisir pour construire la charpente de votre maison ?

2020-09-11 Commentaires fermés sur Quels matériaux choisir pour construire la charpente de votre maison ? By Michel Duprès

Si d’habitude vous optez pour le bois pour la construction de charpente de la maison, sachez qu’il existe également d’autres matériaux au choix. Vous pouvez construire la charpente de votre maison à partir du métal ou du béton. Cela dépendra de la qualité du matériau à vous garantir la stabilité et la durabilité de votre maison. Pour bien choisir parmi les trois, découvrez dans cet article les caractéristiques de chacun d’eux.


Le bois


C’est le type de matériau le plus utilisé lors de la construction d’une charpente. Il est très répandu grâce à sa facilité d’adaptation à toutes les formes de charpentes. En optant pour le bois, vous pouvez choisir entre du bois massif ou du bois lamellé-collé. C’est un matériau solide et esthétique, traité pour résister au feu, à l’humidité et aux agressions des insectes. Un des avantages d’une charpente de bois aussi est que les travaux d’aménagement des combles sont plus faciles. Il existe différentes essences de bois pour fabriquer une ossature en bois : chêne, châtaigner, hêtre, pin, sapin, orme, etc. Elles peuvent être classées en deux familles d’arbres : les bois de feuillus et les bois résineux.
Le prix d’une charpente en bois dépend de l’essence de bois utilisé, de la surface ainsi que de la complexité du chantier. Le prix de la main d’œuvre est également facturé par le charpentier.

Le métal


La charpente en métal est conçue en acier laminé. L’acier est surtout recommandé dans les grandes constructions comme les bâtiments industriels ou commerciaux. Ce matériau peut bien supporter le bâti que ce soit pour une charpente à pente ou à toit-plat. Par rapport au bois, il est léger, flexible et plus résistant. Il n’a aucun effet aux attaques des insectes et des rongeurs. Cependant, une ossature métallique est moins résistante aux incendies et requiert donc l’application de peintures intumescentes ou ignifuge qui rendra l’ossature incombustible et retardera donc sa combustion. La charpente en métal nécessite également un traitement régulier en anti-rouille et anti-corrosion. Son atout par rapport à l’ossature en bois est que l’acier est plus économique et écologique, car il est recyclable.
Concernant le prix de la charpente métallique, il dépend de plusieurs éléments : la qualité de l’acier, les dimensions utilisées, la forme et le nombre de pans. Le prix de la pose peut aussi être inclus ou non dans le tarif proposé.


Le béton


Par rapport au bois et à l’acier, le béton est plus résistant. Il résiste aux intempéries, aux chocs, aux insectes, aux rongeurs et au feu. Rarement utilisé pour la construction, la charpente en béton est plutôt appliquée pour les toits plats et les projets de toiture terrasse. La pose de charpente en béton nécessite la robustesse des fondations pour supporter son poids. En termes d’isolation, il détient la même capacité isolante que le bois, tant sur le point thermique que phonique. En plus, il est facile à monter et ne demande pas d’entretien particulier comme le métal et le bois. Pour construire une charpente en béton, choisissez entre les trois types suivants :
– Le béton léger : plus performant en termes d’isolation thermique et phonique
– Le béton armé : très prisé pour les projets de rénovation, son utilisation est recommandée pour les poteaux.
– Le béton précontraint : grâce à sa résistance aux fissures, il est utilisé pour les poutres.
Quant à son prix, il est plutôt abordable. Étant donné que les composants (poteaux, pannes, poutres, longrines) sont préfabriqués en usine, donc le prix d’une charpente en béton dépend alors du fournisseur choisi. Les frais de livraison s’ajoutent aussi au prix total des éléments.
Dans le cadre de la construction de charpente, choisissez le matériau en fonction de votre budget, de vos besoins et de leurs caractéristiques.

, ,

Rénovation de la cuisine : quel est le budget à prévoir ?

2020-09-11 Commentaires fermés sur Rénovation de la cuisine : quel est le budget à prévoir ? By Michel Duprès

Pièce maîtresse de la maison, la cuisine est le lieu où se réunit toute la famille. Au fil du temps, elle peut perdre tout son éclat. Pensez à la rénover pour lui redonner une nouvelle jeunesse. Pour la réussite de votre projet, il faut réunir le budget nécessaire. Ci-après un coût approximatif des travaux pour vous éclairer sur ce point.

Les choses à prévoir pour la rénovation de la cuisine

Lors de la rénovation de la cuisine, vous pouvez refaire la peinture ou le revêtement de sol. Vous pouvez aussi remplacer les meubles. Optez également pour la rénovation de votre installation électrique et votre système de plomberie. Découvrez le devis correspondant.

– Refaire la peinture

Pour donner un coup de jeune à votre cuisine, ajoutez-y une nouvelle couche de peinture. Préférez une peinture lavable et ignifuge. De ce fait, vos murs ne vont pas craindre ni l’eau ni le feu.

Pour acheter un pot de 2 litres de peinture, prévoyez en moyenne 40 euros. Si votre pièce est spacieuse, il vous faudra plus de pots de peinture.

Vous pouvez vous-même effectuer la pose de peinture, si vous êtes habile et si vous avez le matériel nécessaire. Vous pouvez également faire appel à un professionnel pour avoir un résultat esthétique. Dans ce cas, pour une cuisine de 10 m², comptez entre 500 à 1 500 euros pour la main d’œuvre. N’hésitez pas à comparer les devis proposés par plusieurs artisans peintres afin de réaliser une bonne affaire.

– Refaire le revêtement de sol

Au fil des années, le revêtement de sol de votre cuisine devient terne. N’hésitez pas à le remplacer pour donner de l’éclat à votre pièce.

En effet, le revêtement de sol le plus utilisé en cuisine est le carrelage. Celui-ci est plus facile à entretenir et plus solide. Pour acheter du carrelage d’entrée de gamme, vous n’avez qu’à prévoir 20 euros par m². Comptez, par ailleurs, 60 euros par m² pour avoir du carrelage en granit ou des carreaux de ciment.

Si vous aimez le parquet, assurez-vous d’obtenir des modèles qui peuvent résister à l’eau. Leur prix varie de 19,50 à 76,25 euros le m².

Le vinyle peut aussi habiller le sol de votre cuisine. Prévoyez une somme de 5 à 35 euros pour le m².

Pour la pose de revêtement de sol de votre cuisine, vous devez débourser entre 25 à 50 euros par m² selon le type du revêtement et la complexité des travaux.

– Remplacer les meubles

Pour avoir une cuisine toute neuve, vous pouvez remplacer vos anciens meubles. Dans ce cas, plusieurs solutions s’offrent à vous. Vous pouvez opter pour des meubles en kit à monter soi-même, des meubles moyen de gamme et des meubles sur mesure.

Les premiers sont moins chers avec un prix variant de 1 500 à 2 500 euros. Les meubles moyen de gamme, quant à eux, coûtent entre 4 000 et 8 500 euros. Les derniers sont les plus chers avec un prix allant de 9 000 à 15 000 euros. Toutefois, ils sont très esthétiques et très fonctionnels. Dans ce cas, vous pouvez faire appel à un cuisiniste pour donner vie à votre projet. Il s’occupe aussi bien de la fabrication que de la pose des meubles.

Vous souhaitez faire des économies ? Une autre option s’offre à vous : relooker les meubles. Dans ce cas, vous pouvez les poncer et les repeindre afin de leur donner une seconde vie.

– Rénover la plomberie et l’électricité

Dans le cadre d’une une rénovation complète de la cuisine, il faut refaire la plomberie et l’électricité. Pour rénover la plomberie, comptez entre 800 et 2 000 euros. Pour la remise aux normes de votre système électrique, prévoyez 50 à 100 euros le m².

,

Comment rénover un vieux carrelage ?

2020-09-11 Commentaires fermés sur Comment rénover un vieux carrelage ? By Michel Duprès

Bien que le carrelage soit un revêtement résistant qui ne requiert que peu d’entretien au quotidien, au cours du temps, il peut se détériorer et se tacher. Il peut également se casser, se fissurer et se décoller… Pas de panique, on peut tout résoudre. Pour donner un coup de neuf à un vieux carrelage, c’est facile ! Quelques gestes suffisent. Voici quelques conseils !

Nettoyez le carrelage

Abîmé ou taché, un carreau ancien requiert un nettoyage en profondeur pour retrouver toute sa jeunesse.

Pour commencer, procédez à un nettoyage en profondeur.

– Passez un coup d’aspirateur ou un coup de balai pour dépoussiérer. Insistez sur les jointures.

Prenez un balai-brosse et frottez le revêtement avec de l’eau chaude savonneuse (savon de Marseille de préférence).

– Rincez avec de l’eau claire puis passez la serpillière, comme cela, le séchage sera plus rapide.

– Si des taches subsistent, n’hésitez pas à laver les carreaux un par un avec un chiffon et une brosse.

Réparez le carrelage

Maintenant qu’il est tout propre, vous pouvez rénover votre vieux carrelage dans les moindres détails. Pour réparer les fissures, vous les masquerez grâce à un enduit. Remplissez les trous et lissez bien le tout afin qu’il n’y ait aucune irrégularité.

Vous pouvez également utiliser un tube d’émail pour colmater les éclats et impacts. Cette solution convient notamment à un carrelage à l’apparence mate. Seulement faites attention à ce que la couleur de l’émail soit adaptée à la finition.

Si le carrelage est brillant, vous opterez pour le ciment blanc. N’oubliez pas d’appliquer une couche de vernis coloré pour garantir une parfaite homogénéité.

Remplacez le carrelage

Il est toujours préférable de changer les carreaux abîmés ou en mauvais état. Pour ce faire :

– Grattez prudemment les joints. Tapez le centre des carreaux avec un burin afin que les carreaux se fissurent à plusieurs endroits et soient facilement enlevés. Pour enlever les traces de colle, grattez le sol.

– Pour la pose des nouveaux carreaux, étalez un mélange de mortier et d’eau autour de chaque carreau avec la truelle. Posez les carreaux. Lissez ensuite l’ensemble grâce à la raclette pour éliminer le surplus. Une fois que les nouveaux joints sont secs, passez un coup d’éponge pour éliminer les débordements.

NB : Si vous ne voulez pas remplacer les carreaux décollés ou cassés, vous pouvez toujours utiliser du mortier-colle pour le recollement.

Appliquez de la peinture

Pour terminer, vous allez redonner au carrelage toute sa couleur. En effet, au fil du temps, celui-ci perd de l’éclat et sa belle teinte s’est également terni. Alors, il n’y a pas de meilleure solution que de le repeindre. Tout un choix de peintures spéciales carrelage est disponible sur le marché. Optez pour celles qui résistent mieux à l’humidité et à la variation de température.

Autres finitions

Si vous ne souhaitez pas repeindre, il est toujours possible de raviver les couleurs avec quelques astuces simples et efficaces.

– Pour éliminer la noirceur sans agresser le carrelage, brossez-le avec un détergent doux ou du vinaigre blanc.

– Pour le protéger des futurs aléas du quotidien, appliquez un imperméabilisant à l’aide d’une éponge et d’un chiffon.

– Pour redonner toute sa brillance tout en le nourrissant, cirez votre carrelage.

Faites appel à un carreleur

Pour gagner du temps et garantir la réussite de la rénovation de votre vieux carrelage, il est préférable de confier les travaux à un professionnel. À chaque étape, il utilisera les bons produits et fera preuve de minutie et de soin. Après son intervention, un sol tout neuf vous sera livré !

, , ,

Les erreurs à éviter lorsqu’on peint soi-même 

2020-09-10 Commentaires fermés sur Les erreurs à éviter lorsqu’on peint soi-même  By Michel Duprès

Réaliser ses travaux de peinture soi-même est une solution à la fois pratique et économique. Cependant, pour mener à bien les travaux, il faut prendre certaines précautions. Zoom sur les erreurs à éviter si vous envisagez de peindre votre espace intérieur vous-même.

Erreur n°1 : négliger la préparation de la surface à peindre 

Avant de se lancer dans des travaux de peinture, la première chose à faire est de bien préparer la surface à peindre. Par conséquent, il faut s’assurer qu’elle soit bien lisse et surtout bien propre. Ce n’est qu’ainsi que la peinture peut bien adhérer à la surface. De plus, si vous peignez un mur sale avec de la poussière, de la graisse et des tâches, elles vont se mélanger à la peinture et le résultat serait juste désastreuse. Une fois l’application finie, vous aurez des traces noires et des épaisseurs qui apparaissent.

Il faut donc s’assurer de nettoyer correctement la surface avant d’y appliquer de la peinture. Enlevez bien la poussière et les tâches qui y résident. Il ne faut pas non plus oublier les fissures, les traces d’humidité et les divers problèmes esthétiques.

Erreur n°2 : faire le mauvais choix de peinture 

Sachez que la finition ne sera pas du tout la même si vous choisissez des peintures différentes. En effet, il ne faut pas négliger le choix de la peinture à utiliser. Pour ce faire, il faut tenir compte de la nature de la surface à peindre. Choisissez par la suite une peinture adaptée. Pour cacher les petites imperfections sur vos murs, vous pouvez utiliser de la peinture mate. En revanche, elle est déconseillée pour les pièces humides car elle n’est pas lavable. Si par ailleurs, vous recherchez des peintures qui sont résistantes, optez pour les laques. Veillez cependant à ce que la surface à recouvrir soit irréprochable.

Le choix de la couleur est aussi très important car elle assure l’esthétique de votre intérieur. Les tons clairs agrandissent la pièce, ainsi, vous pouvez les choisir pour les petits espaces. Vous pouvez aussi choisir la couleur de vos peintures en fonction du style de décoration que vous souhaitez mettre en place.

Erreur n°3 : ne pas protéger le chantier 

Comme les peintures provoquent des tâches sur les meubles et le sol, il est impératif de bien les protéger. Pour ce faire, vous pouvez débarrasser la pièce de toutes les affaires qui peuvent être déplacées. Si certains objets ne peuvent pas être déplacés, vous pouvez les couvrir avec une bâche ou bien du papier journal. Il ne faut pas non plus oublier le sol car il est assez difficile d’enlever les traces de peinture sur le sol.

Erreur n°4 : négliger la préparation du matériel à utiliser pour les travaux 

Les travaux de peinture nécessitent un matériel de qualité. C’est pourquoi, afin de mener à bien toutes les interventions, il faut prendre le temps de réunir tous les outils et les équipements dont vous pouvez avoir besoin. Commencez par déterminer la quantité de peinture indispensable pour toutes les pièces, au risque de manquer de peinture en cours de route. Il faut également choisir des rouleaux et des pinceaux de qualité. Sachez que les équipements bas de gamme risquent de vous compliquer la tâche et vous feront perdre du temps.

Erreur n°5 : confondre la peinture à l’eau et la peinture à l’huile 

Il existe deux types de peinture : la peinture à l’huile ou glycéro et la peinture à l’eau ou acrylique. La peinture à l’huile est beaucoup plus complexe à manipuler. Toutefois, elle offre un bien meilleur résultat esthétique. La peinture acrylique quant à elle est plus facile à appliquer. De plus, contrairement à la peinture à l’huile, elle contient moins d’éléments néfastes à l’environnement. 

, ,

Rénovation : comment réduire le coût des travaux ?

2020-09-09 Commentaires fermés sur Rénovation : comment réduire le coût des travaux ? By Michel Duprès

Un bien immobilier nécessite d’être entretenu régulièrement pour éviter les dégradations et la perte de valeur. À défaut d’entretien, une maison demande des travaux de réparation. Quelles que soient les raisons pour lesquelles vous désirez rénover votre bâti, il existe de nombreuses astuces pour réduire le coût des travaux. Quelles sont-elles ? Réponse dans ces prochaines lignes.

Les aides à la rénovation

Le gouvernement propose des aides financières aux particuliers afin de lutter contre la pollution et de réduire les dépenses énergétiques. Vous pouvez donc faire une demande et obtenir des aides pour vos travaux de rénovation énergétique : isolation, changement de portes et de fenêtres, remplacement de système de chauffage (pour un appareil moins énergivore), installation de chauffe-eau solaire, etc.

Pour vous aider, voici un petit aperçu des aides existantes avec les gains potentiels :

– Une prime de 1350 € pour tous les ménages qui effectuent des travaux de rénovation énergétique. Pour les foyers dont les revenus sont très bas, la prime peut monter jusqu’à 3000 €,

– Un crédit d’impôt développement durable, c’est-à-dire que l’État rembourse 30 % du coût TTC des travaux lors de la déclaration de revenus,

– Un éco-PTZ ou éco-prêt à taux zéro : il s’agit d’un prêt accordé aux propriétaires de logements anciens pour financer leurs travaux de rénovation énergétique,

– Une TVA réduite à 5,5 % sur certains travaux (tout dépend de la commune).

Le choix du prestataire

Dans le cadre d’une rénovation, il est nécessaire de bien se renseigner avant de choisir un prestataire de confiance. Il faut également demander un devis auprès de plusieurs entreprises pour comparer facilement le coût des travaux.

Il existe des comparateurs de devis gratuits en ligne. Ceux-ci affineront votre recherche et faciliteront votre choix.

Ne manquez pas de vous informer auprès de vos proches. Ils pourront vous recommander l’artisan au meilleur prix pour vos travaux de rénovation.

Des travaux réalisés par soi-même

Pour les personnes qui ont une notion de bricolage et de rénovation partielle, il est possible de réaliser les travaux soi-même. C’est votre cas ? Rendez-vous sur internet pour découvrir des tutoriels sur la rénovation. Ceux-ci pourront vous aider à perfectionner le travail. N’hésitez pas à vous faire assister par un de vos proches expérimentés si besoin. En prenant en main les travaux de rénovation, vous conserverez un budget maîtrisé.

Une négociation du prix des matériaux

En effectuant les travaux vous-même, vous devez vous occuper de l’achat des matériaux. Pensez à négocier leurs prix pour limiter vos dépenses. Demandez également des réductions si cela est possible.

Vous pouvez aussi faire la chasse aux bons plans, à l’exemple des prix bradés sur les fonds de stocks des magasins. Les boutiques proposent des réductions pouvant aller jusqu’à 65 % par rapport aux prix de base.

Une location de matériel

Inutile d’acheter des équipements de professionnels. Pensez à louer certains outils et matériel dont vous n’aurez besoin que pour ces travaux de rénovation. C’est le cas pour la bétonnière, le marteau-piqueur, la caméra d’inspection, la cireuse, la décolleuse (à moquette ou à tapisserie), la carrelette, le pistolet pour la peinture, la ponçeuse de parquet, l’aspirateur pour ponçeuse de sol, la cloueuse, le chalumeau, l’appareil de soudure, la scie murale, la visseuse, etc.

Les démarches administratives

Il est important de savoir que la réussite des travaux de rénovation repose en partie sur le respect de la législation en vigueur. Pour une extension de plus de 150 m², un permis de construire est requis. Cet acte administratif peut être déposé par l’architecte en charge des travaux. Renseignez-vous auprès de votre mairie pour découvrir les détails sur les services d’urbanisme.

, , , ,

Pourquoi choisir une toiture plate ?

2020-09-07 Commentaires fermés sur Pourquoi choisir une toiture plate ? By Michel Duprès

La forme du toit définit le style d’une maison. Elle peut être plate, ronde, convexe, cintrée, en pente, etc. La toiture plate est connue pour apporter un cachet plus contemporain à un bâtiment. Dans cet article, vous découvrirez d’autres raisons d’opter pour ce type de toit.

Une solution économique

La pose d’une toiture demande un budget plus ou moins conséquent suivant le matériau à utiliser et la complexité des travaux. Ceux-ci sont considérablement réduits pour la toiture plate, ce qui présente beaucoup d’avantages sur le plan économique. La charpente d’un toit plat sera légèrement inclinée pour permettre la circulation de l’eau de pluie. Toutefois, cette inclinaison est d’environ un à trois degrés seulement, réduisant tout de même le coût des travaux. En fonction du futur aménagement au-dessus du toit, choisissez une charpente solide. Le bois dur est idéal pour cela. Les travaux de couverture se limitent généralement à la conception d’une terrasse. Mais rien ne vous empêche d’utiliser des couvertures plus conventionnelles, même si elles se verront uniquement d’en haut.

N’ayant pratiquement pas de relief à leur surface, les toits plats sont plus faciles à nettoyer, ce qui réduit également le coût des travaux d’entretien et de rénovation.

Un aménagement pratique

Une toiture plate est idéale pour l’installation de divers aménagements. Commencez par installer un escalier pour y accéder plus facilement.

Tout comme avec une terrasse, vous pouvez y installer des meubles et un parasol en été. Lors des saisons de pluie, il suffit de les rentrer.

Pourquoi ne pas installer un véritable jardin au-dessus de votre toit ? Cela apportera davantage de charme à votre maison, tout en vous offrant un espace de détente et de bien-être. L’installation de plantes sur le toit vous donnera l’occasion de le visiter régulièrement. Ainsi, vous aurez également un œil sur tous les éventuels problèmes au niveau du toit. Agencez d’abord quelques pots de fleurs de part et d’autre pour égayer votre espace aérien.

Si vous souhaitez utiliser l’énergie solaire, ce type de toit est tout à fait indiqué pour cela. La pose des panneaux photovoltaïques y sera plus facile.

Pour augmenter la luminosité interne, mettez en place une fenêtre de toit. Ainsi, vous pourrez également admirer le ciel étoilé tout en restant à l’intérieur.

Un toit facile à isoler

Avec un toit avec des reliefs, vous devez choisir entre une isolation par l’intérieur et par l’extérieur. L’un et l’autre vous coûteront cher, vu la surface à traiter et la complexité de l’opération. Un toit plat, en revanche, vous facilite la tâche, d’autant plus si le toit est accessible par un escalier. Une membrane élastomère assurera à la fois l’isolation et l’étanchéité de la toiture. Elle est facile et rapide à poser, ce qui réduira vos dépenses et vous fera gagner du temps. Étant donné que l’accès est facilité par l’escalier, vous pouvez tout à fait réaliser cette opération vous-même. Mais en cas de doute, faites intervenir un professionnel comme l’entreprise GILOT située à Entrammes (53). Depuis de nombreuses années, elle est spécialisée dans la pose et l’isolation de tous types de toitures.

Un style personnalisable

Reconnus pour couvrir les bâtiments industriels, les toits plats gagnent en popularité auprès des foyers. Désormais, il existe différentes manières de personnaliser une maison dont la toiture est plate. Pour protéger les menuiseries extérieures, le toit peut être muni d’une saillie ou d’un débord plus ou moins important selon le style que vous souhaitez. Pour jouer sur l’esthétique, harmonisez la couleur ou le matériau de vos menuiseries au débord du toit.

On rencontre de plus en plus de toitures végétalisées. Elles augmentent le charme d’une maison et réduisent en même temps leur empreinte carbone.

Puisque le toit engage moins de dépenses, vous avez l’occasion de travailler davantage l’architecture de votre maison. Vous pouvez également installer une véranda pour donner plus de charme à votre demeure.

, ,

Comment choisir une toiture en tuile ?

2020-09-02 Commentaires fermés sur Comment choisir une toiture en tuile ? By Michel Duprès

L’esthétique et la durabilité de la toiture en tuile séduisent de nombreux propriétaires et professionnels du bâtiment. Comment choisir une toiture en tuile ? Entre les tuiles classiques en terre cuite, les tuiles mécaniques, les tuiles en béton ou en Fibrociment, ainsi que les nouvelles générations de tuiles, le choix n’est pas toujours facile. Qu’il s’agisse d’une installation en neuf ou d’une rénovation, il est important de bien choisir votre matériau de couverture de bâtiment. Afin de vous aider à réussir votre projet, apprenez davantage sur les toitures en tuile.

Les différents types de tuiles proposés sur le marché

Les tuiles en terre cuite, en ardoise et en béton figurent parmi les tuiles traditionnellement utilisées dans la couverture de bâtiment. Pour choisir le matériau adapté à votre projet, découvrez les spécificités de ces trois types de tuiles.

Les tuiles classiques en terre cuite

D’une couleur rouge, orange, ocre, rose ou amarante, la terre cuite figure parmi les matériaux de construction les plus anciens. Naturellement robustes, les tuiles en terre cuites sont réputées pour leur grande résistance aux chocs et au vent. Les toits fabriqués avec la terre cuite possède aussi une excellente capacité d’isolation thermique et acoustique, ainsi qu’une bonne imperméabilité. Toutefois, le plus grand atout des tuiles en terre cuite se trouve dans leur élégance naturelle, ce qui les places d’ailleurs parmi les toits polyvalents pouvant s’adapter à n’importe quelle forme architecturale. Grâce aux avancées des techniques et équipements de fabrication, les tuiles en terre cuite sont de plus en plus résistantes et dotées d’une longévité exceptionnelle.

L’esthétique naturelle des tuiles en ardoise

L’ardoise est un matériau naturel utilisé depuis longtemps dans la construction. Sa coloration grise bleuâtre fait tout son charme et s’adapte à n’importe quel style de couverture de bâtiment. Depuis toujours, les tuiles en ardoise ont le suffrage de nombreux professionnels du bâtiment à cause de leur grande résistance aux lichens et aux mousses. Ce type de toit en tuiles est aussi un bon isolant thermique. Le seul inconvénient de l’ardoise est son poids. Ainsi, la construction d’une charpente adaptée ou la consolidation d’un ouvrage existant est une étape incontournable avant d’envisager une couverture en tuiles d’ardoise. Vous pouvez aussi opter pour des tuiles d’ardoise synthétiques, plus légères, mais d’une longévité moyenne par rapport aux tuiles extraites des mines d’ardoise.

L’étanchéité parfaite des tuiles en béton

Relativement récentes sur le marché, les tuiles en béton n’ont pas eu du mal à s’imposer comme étant une alternative de choix aux tuiles en terre cuite. Solides, très résistantes au gel et aux rayons ultraviolets, les tuiles en béton sont recommandées pour couvrir des bâtiments situés dans des zones géographiques exposées aux intempéries. Pour couvrir un bâtiment de façon étanche, les tuiles en béton constituent un choix idéal. Le grand inconvénient du béton est qu’il facilite la prolifération des mousses et lichens. Il faut donc s’attendre à des travaux de nettoyage et de démoussage réguliers si vous optez pour ce type de matériau. Cet inconvénient est toutefois largement compensée par sa durée de vie pouvant s’étaler sur plusieurs dizaines d’années.

Les différentes formes de tuiles

Le choix de la forme de tuile doit répondre à des impératifs divers : le climat, la géographie, les contraintes d’urbanisme, etc. Ainsi, pour choisir entre les tuiles plates, canal, romanes, à emboîtement, losangées, gironnées et les autres types de tuiles, il est important d’avoir l’avis d’un professionnel. Vous devez aussi vous renseigner auprès de votre mairie afin d’apprendre davantage sur les réglementations en vigueur. Pour vos travaux de toiture dans la Haute-Garonne, faites appel à l’entreprise CB Rénovation située à Auterive. Ce professionnel est spécialisé dans la rénovation des toitures en tuile.

, ,