HomeMatériaux

Démolir un mur porteur : quelles sont les règles à suivre ?

Démolir un mur porteur : quelles sont les règles à suivre ?
Like Tweet Pin it Share Share Email

Il existe de multiples raisons de vouloir démolir un mur porteur. Pourtant, ce dernier possède un rôle majeur dans la structure de votre habitation. Il requiert par conséquent beaucoup d’attention. Alors quelles sont les règles qu’il faut suivre pour casser un tel mur ? Le présent article fait le point sur la question.

Le mur porteur : qu’est-ce que c’est ?

En architecture, on désigne par mur porteur un mur dont la fonction est de soutenir l’ensemble des charges du bâtiment ou de l’habitation. Ces dernières comprennent par exemple le pignon, la charpente ou la structure des planchers de l’édifice. Autrement dit, ce mur est un pilier qui garantit l’équilibre de votre immeuble, à l’opposé de simples cloisons. Pour le casser, il faut faire appel à un spécialiste de la démolition.

La moindre modification d’un mur de refend ou portant aura inéluctablement une conséquence négative sur la stabilité d’un bien immobilier. Avant d’entamer les travaux, il est indispensable de réaliser de nombreuses analyses : calcul de charge, étude des plans d’édification, etc.

Rappels sur les réglementations à suivre

Pour casser une cloison, les locataires doivent préalablement avoir l’accord de leurs propriétaires. Dans le cas de ces derniers, il n’y a aucune démarche à effectuer avant d’abattre un mur. Si celui-ci est porteur, les règles à suivre vont différer selon le type de logement.

Ainsi, lorsque vous êtes en copropriété, il faut engager un huissier pour faire un état des lieux contradictoire. L’officier de justice se chargera de constater l’existence possible de dommages avant le commencement du chantier. Il vous permettra d’éviter le moindre risque avec votre entourage. Effectivement, vos voisins ne pourront pas prétexter l’exécution de vos ouvrages de démolition pour exiger la réparation d’anciens dégâts chez eux.

Par la suite, vous devez élaborer un dossier technique comportant les devis de la société de maçonnerie, du bureau d’études techniques et de l’architecte du bâtiment. Le concepteur est la seule personne habilitée à attester la faisabilité de votre projet.

Son rôle sera de vérifier en particulier que les éléments de support détruits sont parfaitement remplacés. Ce faisant, il s’assure que l’ouvrage est bien solide. À cette analyse obligatoire, complétez celle du Bureau d’Études Techniques (BET). Avec ce dernier contrôle, vous saurez quelle procédure utiliser pour le perçage ou la déconstruction du mur porteur.

En outre, vous pourrez choisir le type de matériaux de soutien (linteau) à installer. Le dossier sera envoyé au syndic de copropriété. Ce responsable réunira les copropriétaires en assemblée générale pour leur demander de valider le déclenchement des travaux.

Pour une maison individuelle, si l’abattage du mur porteur change l’aspect extérieur du bien, il est indispensable de retirer un permis de construire auprès de la mairie. Finalement, il faudra recourir aux services d’une société de démolition spécialisée puis solliciter l’avis d’un BET.

Démolir un mur porteur : les précautions à prendre

Pour démolir un mur porteur, vous devez prendre certaines précautions. Il faut d’abord faire le point sur le rôle du mur à casser. Les extérieurs d’un bâtiment ainsi que la majorité des murs mitoyens sont le plus souvent des murs porteurs. En intérieur, les murs soutenant une charpente, un autre mur ou un plancher sont porteurs.

Ensuite, déterminez les caractéristiques du mur. Les murs portants sont généralement en parpaings. Mais certains sont en pierres, béton, briques, etc. Il convient donc d’identifier leur épaisseur. De plus, placez des étais le long du mur pour sécuriser votre chantier.

Pensez aussi à la gestion des déchets avant le démarrage des travaux. Apprêtez des sacs pour le stockage des gravats et une benne pour le transport facile des déchets. Enfin, même si vous pouvez démolir un mur porteur vous-même, faites-vous aider par un professionnel, notamment pour la mise en place d’un IPN (poutrelle).

En conclusion, les démarches et les règles à suivre pour démolir un mur porteur dépendent de votre statut (propriétaire ou locataire). Ils sont également tributaires du type de logement (copropriété ou maison individuelle).

%d blogueurs aiment cette page :