HomeTravaux d'isolation

Isolation thermique et phonique d’un local commercial : quelles sont les règles à suivre ?

Isolation thermique et phonique d’un local commercial : quelles sont les règles à suivre ?
Like Tweet Pin it Share Share Email

Les isolants sont des matériaux qui empêchent la chaleur et le froid de s’échapper ou de pénétrer une enceinte fermée. Ils permettent également de se préserver des fonds sonores déplaisants qui peuvent nuire à la qualité de vie. Voici quelques règles à suivre pour réussir l’isolation thermique et phonique d’un local commercial.

Bien choisir le maître d’ouvrage

L’isolation thermique et phonique d’un local commercial implique de nombreux aspects techniques comme l’évaluation profonde des aspects architecturaux et techniques du local. Elle nécessite également une maîtrise des lois et des réglementations en ce qui concerne l’acoustique et la température de l’habitation.

Le maître d’ouvrage doit être en mesure de vous éviter des sensations déplaisantes et de vous préserver des pertes d’énergie. Pour cela, il est important de contacter un spécialiste pour se faire accompagner.

Se préparer depuis la conception du bâtiment

Lors de la construction de votre bâtiment, il est important de faire attention à l’organisation et à l’orientation des pièces. Cela a un impact considérable sur le confort acoustique et thermique des occupants.

Pour un local commercial, il est recommandé de placer la cuisine et la salle de bain (s’il y en a) du côté de la façade où il y a le plus de bruit. Vous pourrez ainsi attribuer la façade paisible aux locaux de travail. Dans la même logique, les locaux qui comportent des installations résonnantes (les chaudières, etc.) doivent être séparés des espaces de travail.

Cela peut se faire à l’aide de zones de transition comme les couloirs et les escaliers. Dans le cas où ces locaux bruyants sont aménagés en toiture, il est recommandé de les mettre derrière des cloisons étanches ou de les orienter vers des espaces non habités.

Choisir des matériaux de bonne qualité

Le type de matériaux utilisé définira l’efficacité de l’isolation. La règle de base de l’isolation acoustique stipule que plus le matériau utilisé a un effet de ressort et de masse, meilleure sera son efficacité. Cet effet de ressort s’identifie à l’épaisseur et à la densité de l’isolant, car son rôle est d’amortir les vibrations.

De plus, il faudra tenir compte de l’architecture du bâtiment et de la mise en œuvre des systèmes acoustiques. Les isolants acoustiques des murs les plus recommandés sont : la contre-cloison maçonnée, les panneaux sandwich et la plaque de plâtre.

Dans le cas de l’isolation acoustique des sols, les isolants les plus recommandés sont : les faux plafonds, les dalles flottantes et les moquettes épaisses. En ce qui concerne l’isolation thermique, il existe de nombreux types d’isolants recommandés :

– Les isolants naturels : le liège, la fibre de bois, la laine de mouton, les fibres de coco, etc. Ils sont peu coûteux, admettent de bonnes performances thermiques et sont écologiques. Toutefois, ils peuvent très vite se détériorer en présence de l’humidité.

– Les isolants synthétiques : la mousse phénolique, le polyuréthane, le polystyrène expansé, etc. Ils sont très économiques, donc à la portée du plus grand nombre. Toutefois, les performances thermiques qu’ils offrent sont inférieures à celle des isolants naturels. De plus, les isolants synthétiques ne sont pas écologiques.

– Les isolants dits « nouvelle génération » : le bloc mono mur, l’argile expansée, le béton cellulaire, les panneaux isolants sous vide, le bloc mono mur pierre ponce. Ils offrent de très bonnes performances thermiques à des coûts non-accessibles à tous.

Veillez également à tenir compte des certifications lors de l’achat de vos matériaux. La plus reconnue est la certification Qualité Bâtiment (QB). Elle atteste que le fabricant est soumis à certains contrôles de qualité réalisés par des organes indépendants.

Souscrire une assurance

Lorsque vous démarrez des travaux d’isolation thermique et phonique d’un local commercial, il est plus avisé de souscrire une assurance dommages-ouvrage. Ces travaux représentent une source de sinistres potentiels.

L’assurance dommages-ouvrage vous donne donc droit à des fonds pour financer les réparations dans vos travaux d’isolation en cas de sinistre. Elle est obligatoire pour vous et pour le maître d’ouvrage.

%d blogueurs aiment cette page :