HomeInstallations électriques

Rénovation électrique : quel budget prévoir ?

Rénovation électrique : quel budget prévoir ?
Like Tweet Pin it Share Share Email

La sécurité de votre famille prime avant tout. Au fil du temps, les câbles et les autres consommables électriques se consument. Pour éviter un incident, prenez soin de rénover périodiquement vos installations.

Dans quel cas renouveler ses installations électriques ?

 

Si vous venez de faire l’acquisition d’un bien immobilier ou que votre maison date de plus d’une vingtaine d’année, n’hésitez pas à vous lancer dans sa réhabilitation. Pour garantir la sécurité de votre famille et de vos biens, il faut également vérifier vos installations électriques.

Outre la probable vieillesse de vos installations, la surconsommation détectée sur votre facture d’électricité peut vous mettre directement en alerte face à l’urgence de la vérification à faire. Sans prendre des mesures urgentes, vous vous exposez à des risques d’électrocution, d’incendie ou d’autres accidents domestiques qui peuvent être fatals.

Seul un électricien professionnel et qualifié doit être engagé pour apporter son diagnostic par rapport à l’état de vos installations. Le diagnostic doit répondre à la norme XP C-100. Il vous expliquera avec fermeté et précision l’état de vos prises, douilles, fils, et d’autres connexions électriques.

es normes électriques sont à observer obligatoirement pour les constructions de plus de 15 ans. La norme NF C 15-100 reste très précise, mais hélas, les logements ne respectent pas toutes les réglementations.

Quels sont les dispositifs obligatoires pour une installation respectant les normes ?

 

Les installations réalisées depuis 1991 sont plus sûres que celles faites durant les années antérieures. En effet, depuis cette année, l’état a mis en place des normes à respecter et des contrôles obligatoires. Quelques dispositifs de sécurité doivent donc être présents pour une installation sécurisante :

  •  au niveau du tableau électrique, un dispositif de 30 mA doit être placé pour repérer une fuite électrique. Ce système a été déclaré obligatoire sur chaque installation depuis 2003.
  • un dispositif de coupe-circuit à fusibles qui sert à protéger l’installation contre les courts-circuits et les surtensions.
  • un circuit de terre qui servira à évacuer une fuite de courant. Une prise doit donc comporter 3 trous dont le dernier servira pour le circuit de terre.

    Sur chaque opération de rénovation, souvent, on constate le remplacement des ils électriques, le remplacement du tableau électrique, l’installation des prises de terre et de son circuit. Parfois, le remplacement de la Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) est exigé selon l’état des circuits internes et de l’appareil en général. Les boîtiers DCL (Dispositif de Connexion Luminaire) restent souvent absents, notamment sur les anciennes constructions. Elle reste obligatoire, surtout pour les nouvelles constructions et les rénovations après le 1er octobre 2001. Un disjoncteur doit protéger, sur le tableau électrique, chaque circuit lumière. Il coupera le courant en cas de surchauffe des câbles électriques ou en cas de de court-circuit.

Quel montant prévoir pour une rénovation sur le réseau électrique ?

 

Le coût de la rénovation varie selon la taille de votre logement, son emplacement géographique ainsi que la difficulté rencontrée lors des installations et des réparations. Il varie entre 95 € à 200 € au m² selon la superficie du local. Il faut aussi définir si vous disposez d’un chauffage électrique. Le frais de diagnostic du technicien expert s’élève aux environs de 100 €. Quant au frais d’intervention du technicien, il coûte en moyenne 60 € par heure travaillée, toute taxe comprise.

Dans le cas où vous voulez changer intégralement vos installations, le coût peut aller jusqu’à 7 500 € pour un logement modeste de 50 m² sans chauffage. Si vous avez un dispositif de chauffage et un ballon d’eau chaude, comptez jusqu’à 9 300 €. Pour les appartements de 90 m², 13 500 € reste le montant maximum pour une rénovation complète.

Une maison individuelle de 120 m² sans chauffage nécessitera entre 9 600 € et 18 000 € pour une nouvelle installation ou une rénovation intégrale sans chauffage. La pose d’un ballon d’eau chaude et d’un dispositif de chauffage coûtera 2 000 € de plus dans le cadre d’une rénovation partielle.

Il vous reste à faire le calcul par rapport à l’état de l’existant et de faire venir un technicien pour établir le devis.

%d blogueurs aiment cette page :